Avancer en harmonie avec la nature

Mardi 21 Novembre 2017

Courrier des Lecteurs

De : Thierry

Je tiens à vous informer que j'ai du annuler un voyage cet été avec mon cheval car dans la bergerie ou je devais le mettre en pension, il était nécessaire de faire le test de Coggins.

Lorsque j'ai appelé le vétérinaire pour réaliser ce test, il m'a d'abord demandé la date des vaccins de mon cheval pour ensuite me demander si mon cheval était pucé.

Malgré le fait que je trouve ses questions étranges, je lui ai précisé que mon cheval était vacciné sans préciser pour quelle maladie et qu'il n'était pas pucé.

Le vétérinaire m'a alors dit que j'étais dans l'obligation de faire pucer mon cheval sinon il ne pourrait pas faire le test.

J'ai donc refusé de pratiquer ce test et j'ai donc du renoncer à ce voyage.

J'ai précisé à ce vétérinaire que je ne pucerai pas mon cheval par conviction personnelle. J'ai alors eu en échange une réaction très hostile de ce vétérinaire.

Je trouve étrange d'être considéré comme un extrémiste dans un pays laïque ou le fondement de notre système pénal est basé sur le respect de l'intégrité physique. Je sais que le cheval est considéré comme un meuble mais je reste tout de même interrogatif.

Bien sûr je n'ai pas parlé à ce vétérinaire qui a visiblement la science infuse des études sur le cancer lié à la puce, du risque de migration et d'infection et de l'inutilité de la puce contre le vol.

D'ailleurs j'ai constaté que les vétérinaires ne savent pas comment une puce RFI fonctionne et qu'ils sont convaincus que ce transpondeur reste inerte ce qui est physiquement impossible.

Visiblement, nous sommes dans un monde ou l'on demande aux citoyens de prouver le danger d'un objet et non aux laboratoires de prouver sa non dangerosité.

Thierry

Lire la suite
De : Sandra Marizy

Félicitation pour votre magazine, il était temps que l'on entende enfin d'autres «voix» et que l'on prenne d'autres «chemins».

Bien cordialement

Sandra Marizy

Lire la suite
De : Stéphane Bigo

Bonjour,

Je suis passé au fond d'Urle à cheval en Octobre après avoir parcouru le plateau d'Ambel et avant de me diriger vers l'est du Vercors. Vous avez bien choisi votre endroit.

Bravo pour vos actions mais veillez à l'objectivité de votre information. Tout éducateur de cheval sait que le side pull n'est pas toujours la
solution avec certains chevaux, et tout cavalier au long cours sait qu'un cheval peut avoir des pieds plus sensibles que d'autres. De même qu'il a
constaté qu'un arçon avait comme principal objectif de répartir harmonieusement le poids d'une charge sur le dos d'un cheval et donc de
diminuer la pression ponctuelle. Ce qui évite les blessures en cas de charges importantes et/ou de marches longues. Donc, même si j'approuve la nature de vos messages, je pense qu'ils seraient mieux perçus et mieux reçus si vous en montriez les limites. Un homme de terrain ne peut verser
dans l'angélisme, il ne peut faire autrement que d'être réaliste.

Bien à vous

Stéphane Bigo

Lire la suite
De : Sylvie Delepine

L'étoile .... d'araignée.... ou l'école de la discrimination.

SAUMUR, qui n'a jamais rêvé d'approcher la Mecque de la culture équestre Française ? Mais qu'en est- t-il de l'art équestre Français ? On s'y plie, on s'y replie...

Seule une poignée d'initiés a le bonheur d'en maîtriser ses techniques. Les autres, rêvent, admirent, encensent.

Quelle chance de pouvoir bénéficier d'un fragment de cette étoile qui fait rêver. Cet art, dont je ne doute pas un seul instant est transmis depuis la Renaissance. Vous ne vous souvenez pas de la date ? Moi non plus. Pluvinel, La Guérinière, Baucher, nous ont transmis des exercices justes et cohérents, personne n'en doute.

Seulement depuis ces premières inventions le monde évolue. On ne peut s'y dérober. A l'heure des satellites et du TGV ne nous replions pas sur nous
même. Allons de l'avant, alors j'y vais.

Je m'applique, depuis plusieurs années, à adopter une monte légère. Après des efforts désespérés (travaillant seule) je me convaincs que mon cheval
travaillé en Bitless Bride doit être léger, car je ne perçois pas de défense de sa part quand il déroule et répond à toutes mes aides sans efforts
particuliers. Enfin un stage de dressage, (Fort bien organisé au demeurant !), mais pas n'importe lequel ! Un stage de l'association « Allège idéal », fantastique!

Soyons futuristes, je me rends au stage afin de bénéficier d'un avis compétent... que nenni ! Pour la modique somme de 50 euros, mon stage dure
3min, « je ne peux vous aider, votre cheval n'a pas d'embouchure ! ». Réflexion d'un homme averti dans le public : « il est inamissible de se
présenter en hackamore ! ... ». (Personne dans l'assistance ne connaît cet outil fabuleux qu'est la Bitless bridle)

Le Bilan de ce stage de 3 min ? « La locomotion est impeccable, il n'y a aucun problème, mais sans embouchure, je ne peux vous aider », « cavalier
suivant ! » Quelle poussière ! Par conséquent, l'art équestre français n'est pas seulement une coutume fermée datant du XIVe siècle, c'est aussi une
discrimination qui s'installe.

Sylvie Delepine

Lire la suite
Page 12/27
<<< 10 11 12 13 14 >>>
Courrier des Lecteurs
Pour nous écrire
Assurez-vous de lire notre charte éditoriale avant de nous envoyer votre message.