Avancer en harmonie avec la nature

Mardi 21 Novembre 2017

Courrier des Lecteurs

De : Angélique

Bonjour,

Je tiens juste à vous faire partager ma première balade, munie de ma nouvelle selle ! C'est un plaisir, elle est confortable et superbe, je suis ravie et Gitan a également l'air comblé....

Et Bravo pour votre magazine !

Angélique

Lire la suite
De : Dmitry Malyshev, Moscou, Russie

Dear Barbara,

We've tested the saddle on 3 horses and found it exellent! Thank you very much for high quality product. Now, I'm seriously thinking of buying the dressage saddle from you.

Best regards,
Dmitry Malyshev, Moscow-Russia

Chère Barbara,

Nous avons essayé la selle sur 3 chevaux différents et nous l’avons trouvée parfaite ! Merci beaucoup de ce produit de qualité. Je pense maintenant sérieusement à vous acheter la selle de dressage.

Cordialement
Dmitry Malyshev, Moskva-Russie

Lire la suite
De : Nelly Maubecq (réponses : 1)

Bonjour,

Je suis intéressée par la selle Atlanta, elle est recommandée pour les chevaux au garrot saillant, ma jument est appaloosa croisée arabe. Son dos est moyennement long et large, son garrot plutôt rentré. J'ai lu que les selles Barefoot convenaient à tous les chevaux. Pensez-vous que la selle Atlanta conviendrait à ma jument?

Cordialement
Nelly Maubecq

Réponse de : Barbara Paulin

Bonjour Nelly,

Merci de votre demande. C'est l'Arizona qui est recommandée pour les chevaux au garrot saillant.

La selle Atlanta est équipée d’un moulage standard, moyen (comme la selle Cheyenne) qui convient à presque tous les chevaux, et je pense aussi à votre jument. Il faut changer le moulage seulement si le cheval est extrêmement large, sans garrot apparent ou au contraire, avec un garrot proéminent. La taille (ou longueur) de la selle est par rapport au cavalier. Pour un cheval avec un dos moyennement long vous pouvez choisir la taille 1 ou 2.

Je suis à votre disposition pour tous renseignements supplémentaires.

Cordialement
Barbara Paulin, responsable Barefoot - selles sans arçon
tél.: 04 90 54 69 85

Lire la suite
De : Carole GALLIEN

J'achète votre magazine depuis le tout début. Mes premières lectures m'ont ravie, étonnée. Comme beaucoup, j'ai constaté les limites (les oeillères?) de l'enseignement classique et surtout la difficulté de beaucoup de ces dits professionnels de l'équitation à se remettre en question sous prétexte qu'ils pratiquent depuis 40 ans. Mais voyez-vous, au fil des numéros, mon enthousiasme s'étiole et j'espère que la déception ne va pas finir par s'installer.

Nous possédons 5 équidés (un âne, un poney et 3 trotteurs) ; nous aimons les animaux (avons aussi 2 chiens et 3 chats) et avons la chance d'avoir une grande maison avec beaucoup de terrain. Ce qu'il nous manque néanmoins, c'est du temps, car nous sommes professionnellement très occupés. Une chance, car sinon, nous ne pourrions posséder et choyer ce cheptel !

Là où je veux en venir c'est que la vie n'est qu'un lot de compromis. Vous prônez le bien être des chevaux (c'est tout à votre honneur) mais combien de possesseurs d'équidés pourraient aujourd’hui leur offrir les conditions de vie rêvées que vous décrivez ? 1%, 2% ? Plus je vous lis et plus je trouve que c'est utopique !

Voyez les chevaux qui passent leur vie en box, ceux qui passent leur vie au pré abandonnés, n'y aurait-il pas un compromis pour ces malheureux ?
Nos chevaux (chevaux de loisir) vivent très bien ce compromis : la période estivale au pré, ponctuée par de petites balades et la période hivernale dans un centre équestre agrémenté de paddock, de petit travail et de petites balades. Cela me semble un bon compromis pour leur équilibre mental et physique, mais aussi pour nous permettre de conjuguer nos impératifs et notre passion pour ces chevaux.

Nous aimons les chevaux et sommes avides de découvrir en ce domaine. Mais là encore, parfois, vous me faites peur et après avoir lu le livre "un sabot sain pour une vie saine", je suis effrayée par ce que je lis et là encore, j'ai l'impression d'être à l'extrême. Je pense que pour se remettre en question il faut écouter, prendre certaines choses, en laisser d'autres, tenter des expériences....et que la réussite est le fruit de tous les petits morceaux que l'on a pu glaner chez chacun. Car chez chacun, on peut sûrement trouver du bon (certes en plus ou moins grande quantité !!).

Ce n'est pas le sentiment que j'ai depuis quelques numéros ( vous descendez Monty Roberts, vous descendez l'ENE de Saumur, vous refusez de rencontrer cet écuyer de Saumur et sa monture....mais apparemment vous aimez bien Laure Bousquet qui figure dans votre DVD).
A plusieurs reprises, vous opposez à vos détracteurs la liberté d'expression, certes, mais l'information (c'est il me semble aussi votre mission), c'est de relater des faits, d'expérimenter des méthodes, d'en partager éventuellement ses conclusions afin de permettre au lecteur de se faire une opinion. Sur bon nombre de vos derniers articles, vos conclusions sont tranchées !

Le parage pied nu, le filet sans mors, la selle sans arçon, le milieu de vie naturel, OK, c'est très bien. Mais, vous le savez comme moi, la recette miracle pour que tout le monde soit beau dans le meilleur des mondes, ELLE N'EXISTE PAS !! car les chevaux, au même titre que les êtres humains, sont uniques ! Et ce qui va très bien convenir à l'un ne fonctionnera pas forcément à merveille pour l'autre.

Alors, s'il vous plait, cherchez à nous faire découvrir des hommes ou des femmes de chevaux, des vrais qui n'en vivent pas et face à leurs témoignages, ne soyez pas trop engagé et laissez vos lecteurs se faire une idée.

Au plaisir de vous lire,
Carole GALLIEN (52)

Lire la suite
Page 20/27
<<< 18 19 20 21 22 >>>
Courrier des Lecteurs
Pour nous écrire
Assurez-vous de lire notre charte éditoriale avant de nous envoyer votre message.