Avancer en harmonie avec la nature

Jeudi 23 Novembre 2017

Courrier des Lecteurs

De : A. Sirgo

Cher Cheval au Naturel,

Je me réabonne avec plaisir pour deux ans, car votre revue est passionnante. Le bilinguisme ne fait au’ajouter à son charme. Continuez encor très longtemps à nous enchanter.

A. Sirgo

Lire la suite
De : Thierry

Je poste ce message simplement pour vous raconter briévement l'histoire de mon cheval au cas ou cela puisse intéresser quelqu'un.

J'ai racheté mon cheval aux haras natonaux il y a maintenant deux ans. Avant que je ne l'achète, il faisait cheval de club. J'ai donc placé par la suite mon cheval dans le pré d'une écurie de propriétaire située à coté de ce club. La transition box pré à été une révélation pour lui. Il avait une très mauvaise réputation en club, il était agressif et avait l'habitude d'envoyer ces cavaliers à l'hopital.

Après l'avoir placé au pré avec 2 autres chevaux et une jument, tout c'est passé à merveille. Pourtant beaucoup de monde et même les moniteurs me déconseillaient d'acheter ce cheval car soi disant il était insociable et deviendrait rapidement boiteux.

Ceux qui ne me critiquait pas, pensait que j'allais le mettre à la retraite et ils se trompaient lourdement. J'ai au contraire beaucoup travailler mon cheval en le montant quasiment tout les jours, en le nourrissant bien et surtout en écoutant pas les conseils que j'estime grotesques de ceux de mon écurie.

Il y a trois mois environ, après avoir discuté avec mon maréchal, il m'a proposé le parage naturel alors que mon cheval allait très bien et j'ai bien évidemment accepté tout de suite. Cela va sans dire qu'il va encore mieux maintenant que ce soi psychologiquement que physiquement. J'ai profité de la période de transition des fers à pieds nus pour monter mon cheval avec une longe autour du cou et ce fut la surprise de découvrir que non seulment je pouvais faire les même choses qu'avec un filet mais qu'il allait même mieux qu'avec le filet même pour des changements de pieds ou autres figures de dressage.

Je monte maintenant dans mon club avec une longe autour du cou. Je regrette la mentalité de mon écurie qui m'a toujours jugé moi et ma copine sur nos méthodes. Maintenant que c'est une parfaite réussite, les gens nous parlent à peine alors qu'ils étaient bien contents de voir "boiter" notre cheval pendant sa période de réadaptation quand on est passé pieds nus.

Je n'ai jaimais autant pris de plaisir avec mon cheval, je fais à la fois de la monte Anglaise, du Western (je débute timidement), de l'éthologie alors que mon cheval était considéré comme une carne par ceux qui l'ont massacrer en club.

Je trouve d'ailleurs inadmissible de voir le niveau de certains moniteurs qui cassent des cravaches sur le culs des chevaux pour faire passer un obstable comme cela à été pour le mien. Je pense qu'il faut revoir complètement l'enseignement de l'équitation en France.

Thierry

Lire la suite
De : Stéphanie

Chers “acteurs” de Cheval au Naturel,

25 années que les chevaux partagent ma vie et que j’attends un magazine comme le vôtre ! Au fil des années, je me suis défaite de cette équitation rigide et classique, qui est trop souvent enseignée en France, pour me faire mon propre chemin avec mes amis équins. Affinant chaque année un peu plus mon désir de non-contrainte, liberté, confort, amour et respect.

Quel bonheur de lire que toutes ces idées, souvent saugrenues aux yeux des gens, qui me trottent dans la tête et rythment ma façon d’agir avec mon cheval, sont plus partagées et comprises que je ne le pensais ! Douceur et harmonie, sabots au naturel, absence de mors, réduire la contrainte à néant sont autant de vecteurs que je m’efforce d’appliquer au quotidien avec mon cheval.

Je suis convaincue que l’éducation d’une équitation basée sur le respect et l’éthologie changera le sort de nos amis. Longue vie à votre magazine.

Stéphanie

Lire la suite
De : Emmanuel NONET (Belgique)

Bonjour - tout d’abord, un grand merci pour votre démarche.

Je pratique la randonnée en amateur depuis plusieurs années, et me sentait parfois un peu isolé dans mes principes et la façon dont j’abordais la relation avec mon cheval. J’ai découvert aujourd’hui le DVD « Premiers » que j’ai trouvé génial. Votre approche va vraiment dans le sens vers lequel j’avançais, jusqu’ici à tâtons.

Je souhaiterais vous faire part de l’expérience que je mène avec mon étalon de 4ans. Son histoire commence il y a cinq ans environ. Sa mère, Floyd, trotteuse réformée âgée de 6 ans avait des problèmes hormonaux. Pour les régler, et suite aux conseils de mon vétérinaire, je l’ai faite saillir par le pur sang arabe d’un ami.

Onze mois plus tard, est né un petit poulain, si petit qu’on l’appelait « le petit kèkè ». C’était la première fois que j’élevais un cheval. Les premiers jours, sa mère l’a rejeté, j’ai dû tirer le lait de la jument et le nourrir moi-même. Tout s’est ensuite bien passé. Je m’en suis beaucoup occupé, et il a eu une bonne croissance.

J’ai toujours reporté le moment de le castrer à plus tard, estimant que ça pouvait attendre. A l’age de deux ans et demi, la question s’est vraiment posée. La plupart de mes amis et ma famille ne voulaient pas que je le garde étalon. Il est vrai qu’un étalon en randonnée au milieu d’autres chevaux, ça paraît difficile. Je m’y étais donc presque résigné.

C’est finalement grâce au vétérinaire, qui m’a dit en riant qu’on ne castrait pas un cheval si beau et si gentil, et à Jean-Christophe, un camarade de selle qui m’a dit qu’à ma place il le garderait étalon, que petit Kèkè a grandi et est devenu Keke (tout court), un superbe étalon bai brûlé de 1,60m. A l’époque, toujours hésitant, je lui avais dit : « Je ne touche pas à tes couilles, mais tu ne me casses pas les miennes ».

Ca fait un an et demi déjà que ce pacte fonctionne et que nous sillonnons les campagnes lui et moi. Il a un bon tempérament, est sociable, collaborant et extrêmement généreux. En randonnée, on reste botte à botte avec n’importe qui. Lorsque l’on s’arrête, on l’attache un peu à l’écart quand c’est possible, sinon près des autres ; il les renifle à peine. De temps en temps, il fait des saillies, mais n’ayant à la maison comme jument que sa mère, il partage une pâture avec un hongre de 17 ans pour éviter la consanguinité.

Jusqu’ici, c’est une expérience formidable. On parvient lui et moi à développer une complicité que je n’ai connu avec aucun autre cheval auparavant.

Ce soir, j’ai commandé le livre du Dr Strasser sur les chevaux pieds nus. Cela m’intéresse beaucoup et j’espère pouvoir arriver à me passer de ferrage. Mon enthousiasme garde cependant une pointe de scepticisme car les randonnées que nous faisons comportent des longs chemins parfois très abrasifs.

Je vais continuer ma recherche de l’équilibre et du bien-être du cheval et du cavalier au travers de vos articles et de votre documentation que je trouve très bien.

Encore mille mercis et beaucoup de succès à toute l’équipe « Cheval au naturel ».

Emmanuel NONET (Belgique)

Lire la suite
Page 24/27
<<< 22 23 24 25 26 >>>
Courrier des Lecteurs
Pour nous écrire
Assurez-vous de lire notre charte éditoriale avant de nous envoyer votre message.