Avancer en harmonie avec la nature

Jeudi 18 Octobre 2018

Courrier des Lecteurs

De : Pauline

Bonjour Cheval au Naturel,
Depuis votre 2ème numéro j'ai toute suite su que votre magazine était bien différent des autres. Votre approche qui veut mieux faire comprendre le cheval dans son environnement naturel, et ce que l'être humain aurait dû faire bien avant d'essayer d'apprivoiser un cheval.
Je monte depuis mes 3 ans et moi aussi j'essaie de mieux les comprendre afin de mieux m'occuper d'eux. Cela fait maintenant un an que je monte sans mors. Mon cheval est bien plus détendu et tellement mieux dans sa peau. Je sens qu'il est reconnaissant de ne plus avoir à supporter ce métal dans sa bouche. Malgré cela, je ne conseille pas à tous de monter sans mors. N'importe qui peut le faire, là n'est pas le problème. Seulement, chaque combinaison cheval-cavalier est différente. On ne sait jamais comment le cavalier ou le cheval pourront réagir. Même si l'on a monté plusieurs fois sans mors, un accident peut arriver. Le tout est de bien connaître son cheval, de bien le comprendre et de le "ressentir" afin d'éviter toute catastrophe, que ce soit avec ou sans mors. Pourquoi vous dis-je cela? Un accident grave aurait pu m'arriver la semaine passée et je montais sans mors, j'avais "mal" ressenti mon cheval et là, même si je n'aime pas les mors, j'avoue qu'il aurait mieux valu que j'en aie un!
N'oublions surtout pas que le bonheur d'un cheval n'est pas uniquement lié à une vie de qualité en prairie avec des compagnons, sans mors, sans arçon, sans fers. Bien sûr que c'est important, mais le bonheur d'un cheval doit également provenir de son propriétaire et du lien solide entre eux. S'il devait m'arriver quelque chose et que je ne sois plus là, je pense que même les prairies et les autres chevaux ne réconforteraient pas mon précieux cheval. L'équitation c'est après tout un lien unique entre le cavalier et le cheval, une passion incroyable..
Bonne continuation, j'adore votre magazine !
Pauline

Lire la suite
De : Florence

Lectrice assidue de Cheval au Naturel, je trouve « naturellement » insuffisante la parution trimestrielle de votre magazine que je lis avec énormément d’intérêt et de plaisir :
Plaisir de constater qu’une revue équestre (enfin une !) s’intéresse au BIEN ETRE du cheval, informe, dénonce et condamne tout ce qui va à l’encontre de cet animal si généreux et pourtant si souvent incompris et malmené, dans sa grande majorité.
Plaisir de retrouver, à travers vos articles, mon « ressenti » ...
Plaisir d’être sur la même « longueur d’onde » (l’onde équine), de me conforter – de me réconforter, devrais-je dire – dans l’idée que je me fais de la relation à tisser avec le cheval.
Préférant vivre au milieu des chevaux que dans le milieu du cheval (pour reprendre les termes d’un de vos articles qui me correspondent totalement), j’ai la chance de pouvoir offrir à ma jument deux éléments, pour moi, fondamentaux et indispensables à son BIEN ETRE : l’espace et les congénères.
Quel bonheur de pouvoir l’observer, bien dans sa tête et dans son corps, et de partager avec elle, en toute quiétude, de grands moments de complicité !
C’est à ses côtés que je comprends à quel point d’autres manquent cruellement du « minimum » vital : chevaux PRISONNIERS ne pouvant ni bouger, ni brouter … chevaux ISOLES sans contacts sociaux… Et je ne parlerai pas des innombrables autres formes de SOUFFRANCE qui m’attristent et me révoltent à la fois !
A titre d’exemple, ces quelques articles relevés au fil des pages d’une « revue équestre »…
Je dois dire que c’est ce qui m’a amené à vous écrire : c’est l’envie de BONDIR, de REBONDIR contre la Bêtise, la Cruauté, l’Egoïsme, l’Ignorance et l’Injustice !
Aussi, j’ai souhaité partager mes sentiments avec vous qui savez si bien, au travers de vos articles, « éclairer » les esprits !
Surtout, continuez dans cette voie, luttez (luttons ensemble) pour EUX, les CHEVAUX !
« Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent » Victor Hugo
Merci à vous !

Lire la suite
De : Liliane

Chers vous,
Tout d'abord et brièvement je tiens à vous remercier pour votre magazine, ma famille et moi-même nous nous sentons moins seuls depuis son apparition car nous avons enfin des réponses fondées pour ceux qui, il y a encore peu, nous coupaient la parole avec les arguments de leur sainte équitation de forme et non de fond.
Sans doute aurez-vous compris que notre famille ne veut pas des méthodes dures et vous ne serez pas étonnés d'apprendre que notre fille désire, après sa scolarité, travailler avec les chevaux. Que se soit dentiste équin, ostéopathe, moniteur ou autre, tout ceci est encore flou, mais une chose a toujours été très claire pour elle, ce sera près de ces grands amis de toujours, les équidés. Mais voilà que se pose un problème de taille, jusqu'à présent je n'ai pas trouvé d'école secondaire qui délivre un certificat de fin d'humanités (BAC en France ou CESS en Belgique) et qui semble avoir une approche correcte de l'équitation à l'écoute des besoins naturels du duo cheval-cavalier.  Je m'adresse donc à vous et à vos chers lecteurs dans l'espoir que quelqu'un aura peut-être déjà trouvé cette perle rare qui forme les jeunes et délivre un diplôme ou certificat officiel valable permettant au candidat de se lancer dans un projet équestre et lui donnant le droit d'ouvrir un établissement (manège ou autre).
Ma fille refuse de se soumettre à des pratiques qu'elle qualifie de barbares et qui sont en désaccord avec son ressenti et ses convictions profondes, en plus elle n'acceptera nullement d'infliger à son compagnon à quatre pattes d'être interné et harnaché lourdement, rien que pour arriver à l'obtention d'un papier qui lui donne accès à la profession... Pourtant à chaque fois que nous avons posé la question, on nous a répondu la même rengaine: "il faut l'apprendre à notre façon et après vous ferez ce que vous voulez". J'ai envie de crier STOP, arrêtons de faire de nos enfants des hypocrites !

Lire la suite
De : Romana

Bonjour!
Nous avons bien reçu la selle, et ma fille l'a déjà "essayé" 2 fois. Elle est hyper enthousiaste, et moi aussi, car la ponette a eu une volonté et un air détendu surprenants ! Pourtant, elles se sont toujours bien amusées ensemble. Il y avait une différence visible dans sa façon de bouger et elle n'a pas du tout été pressée pour rentrer sur le chemin de retour! Dire qu’on se disait toujours que ses copains lui manquaient, à la fin des promenades! Apparemment elle a été mal et inconfortable, et elle aimait rentrer pour être soulagée ! Parfois, même si on croit avoir créé les circonstances optimales, on fait souffrir sans qu'on ne le remarque ! Je vais donc vendre ma selle randonnée, pour pouvoir la changer pour une selle Barefoot !!! Je vous tiens au courant. Merveilleux!

Romana

Lire la suite
Page 5/28
<<< 3 4 5 6 7 >>>
Courrier des Lecteurs
Pour nous écrire
Assurez-vous de lire notre charte éditoriale avant de nous envoyer votre message.