Avancer en harmonie avec la nature

Vendredi 25 Mai 2018

Courrier des Lecteurs

De : Emilie (réponses : 1)

Bonjour,

Je suis une grande adepte de votre magazine auquel je suis abonnée depuis un an déjà !
Toujours dans l'objectif de permettre au chevaux une vie la plus naturelle possible je me suis posé la question de la castration (bien que je ne possède pas d'entier seulement un hongre de 22 ans à la retraite de club). Celle-ci inhibe (la plupart de temps) tout comportement d'étalon : reproduction mais aussi protection du harem, ...
Pensez-vous que la vasectomie, qui inhibe seulement la fertilité du cheval soit une solution ?
C'est en lisant un article sur internet sur l'avantage de la vasectomie sur la castration que je me suis posé la question. Mais je ne connais pas les effets néfastes que pourrait avoir la vasectomie chez le cheval. Si vous pouviez m'aider ?

Cordialement
Emilie

Réponse de : Mike Paulin

Bonjour Emilie,

En réponse à votre message, les deux interventions, que ce soit la castration ou la vasectomie, vont à l’encontre du bien-être émotionnel, pas seulement pour des chevaux mâles mais aussi pour des juments vivant en leur compagnie.
L'instinct de reproduction et l’un des instincts les plus puissants chez les animaux.
Si le comportement d’un cheval mal après sa vasectomie, introduit par exemple dans un groupe artificiel avec des juments et hongres, reste intact, il va constituer son propre harem.
Par contre, en exemple ou comparaison, je suis persuadé que la vasectomie engendra chez eux une ‘détresse’ encore plus forte que chez les couples humains qui souhaitent mais peuvent pas avoir d’enfants.
Puis, vasectomisé des chevaux males vivant dans un groupe de célibataires est une connerie pur et simple, je trouve.
Malheureusement les éthologues scientifiques ont d’autres priorités, plus « lucratives » peut-être, que d’étudier les effets néfastes de la castration et de la vasectomie mais nous allons aborder le sujet à une prochaine occasion.

Cordialement,
Mike Paulin, éditeur du magazine Planète du Cheval au Naturel

Lire la suite
De : Audrey

Bonjour,

La selle est arrivée ce matin. Je l'ai immédiatement essayée. Ma jument semblait très libre sous la selle, plus mobile. La selle épouse parfaitement sa morphologie et ne tourne pas. Quel confort pour le cheval et son cavalier! Bonne continuation.

Cordialement,
Audrey

Lire la suite
De : Séverine

Bonjour

Je voulais vous dire bravo pour votre magazine en vidéo ... je trouve ça vraiment bien et en plus c'est venu me confirmer ce que je pensais depuis quelques temps : il faut être naturel et simple. Pour moi fini d'écouter les belles théories, maintenant j'agis par instinct et intuition et surtout j'écoute ce que mes chevaux ont à me dire ... quand je suis sur la mauvaise voie, ils savent me le faire comprendre !!
J'apprécie beaucoup les images que j'ai vues pour l'instant et je me réjouis de voir la suite. Si seulement je pouvais installer mes chevaux de la même manière je serais heureuse, mais c'est pas facile tant que l'on est pas propriétaire d'un terrain et en Suisse, il faut même oublier cette idée ...
Je suis traitée de folle dans le coin, parce que je fais passer le bien être de mes chevaux avant le simple fait de les monter et en plus je monte avec votre bride ou même un simple licol normal et j'agis naturellement avec ... mais c'est encore une conception marginale pour la majorité des gens ...
En tout cas bravo pour votre travail et bonne continuation. Pour l'instant je vais laisser de côté l'abonnement à votre magazine en papier (que je trouve aussi en Suisse au cas où je voudraisle prochain numéro) et continuer avec votre magazine vidéo.
Merci et vivement la suite !

Très bonne journée,
Séverine

Lire la suite
De : D-C (réponses : 1)

Je suis en train de lire le dernier numéro de Cheval au naturel et je suis encore tombé sur cette information qui me choque p22 : "les chevaux de loisirs ont une moyenne de vie de 8,7 ans." J'aimerais savoir d'où vient cette statistique que j'ai d'ailleurs déjà rencontrée dans vos pages.
J'ai des chevaux depuis des années et ils ont tous + que dépassé cet âge fatidique. J'ai beaucoup d'amis randonneurs propriétaires et j'ai aussi fréquenté les Centres Equestres. Il y a donc des chevaux qui vivent en box, en extérieur, qui sautent, qui randonnent, qui ne font rien. La mort d'un cheval en activité est vraiment exceptionnelle, les chevaux "retraités" nous quittent plutôt après 25 ans.
Je suis d'accord que le cheval est fait initialement pour vivre pieds nus dans de grands espaces et sans qu'on lui monte dessus, mais dans ce cas l'homme devrait aussi vivre nu en chassant et en se déplaçant à pieds et non pas aller acheter sa nourriture dans un magasin vêtu d'un jean en prenant sa voiture.
D-C

Réponse de : Catherine Taks

Oui, cette information est choquante et pourtant elle est réelle. Vous oubliez que dans les statistiques on tient compte de tous ces chevaux que vous ne verrez jamais autour de vous car ils ont été abattus prématurément pour cause de boiterie et/ou maladies chroniques, causées la plupart du temps par leur utilisation et leurs conditions de vie. Demandez aux compagnies d’assurance, elles sont au courant et c’est ce qui fait que leurs primes sont si élevées.
Quant à la notion de confort, si elle a évolué chez l’homme, elle reste toujours la même chez les chevaux : liberté de mouvement, alimentation naturelle, sécurité du groupe et contacts sociaux. Ils sont finalement bien plus sains d’esprit que nous, vous ne trouvez pas ?

Catherine Taks
Assistante de la rédaction

Lire la suite
Page 9/28
<<< 7 8 9 10 11 >>>
Courrier des Lecteurs
Pour nous écrire
Assurez-vous de lire notre charte éditoriale avant de nous envoyer votre message.